SEO

Search Vocal


Search Vocal ou Recherche Vocale quels sont les enjeux SEO ?

Voice Search Google
6

Le voice shopping représentera 6% du commerce en ligne aux US d’ici 2022

Source : OC&C strategy

Le voice search ou recherche vocale demeure un terrain d’expérimentation aussi excitant que prometteur pour les référenceurs. En témoigne sa courbe d’adoption extrêmement très rapide : les 20% de requêtes formulées vocalement selon Google en 2016 devraient ainsi dépasser les 50% d’ici 2020 à en croire ComScore.

Si cette évolution recèle d’indéniables opportunités pour les annonceurs, elle n’en reste pas moins anxiogène. Soyons clairs, le principe d’une réponse unique fournie par votre assistant Google Home ou Alexa d’Amazon favorise les marques pouvant atteindre le featured snippet, ou la position dite 0. Mais si vous figurez en 3e, 2e ou même en première position vous risquez de perdre autant de trafic… que de business : selon une étude d’OC&C strategy, le Voice Shopping (commande ou réservation via un assistant vocal) avoisinera aux US les 40 milliards $, soit 6% des dépenses effectuées en ligne chez l’Oncle Sam d’ici 2022.

Le changement de paradigme occasionné par le search vocal

« A real game changer » : solliciter des assistants vocaux depuis son mobile ou une box (type Alexa ou Google Home) marque une innovation de rupture. Les usages en découlant revisitent autant la manière de formuler les requêtes que les facteurs de ranking des moteurs de recherche, ainsi que le choix des résultats proposés par les devices. Le SEO vocal ne vous donnant qu’une seule chance, vous devez en comprendre les fondamentaux et vous en approprier rapidement les best practices.

Comment s’adapter à la recherche vocale ?

En l’occurrence, Google a constaté que 70% des demandes aux assistants vocaux étaient effectuées en langage naturel : quoi de plus logique que de s’adresser à eux comme à une personne physique ! Avec 2 ou 3 mots en moyenne pour un moteur de recherche en ligne, la requête en comprendra 7 sur le canal vocal – c’est à dire de vraies phrases, et bien souvent de véritables questions.

Les marques voulant anticiper les recherches de leurs cibles devront nécessairement intégrer les usages lexicaux en vigueur pour leur business. Saisir les intentions et contextuer les enjeux de questionnement, c’est renforcer la pertinence des réponses, donc de son positionnement. Par exemple, le mobile étant le premier contexte d’usage d’un assistant vocal, développer la mobile responsiveness de son site doit être l’une des premières étapes ; tout comme optimiser son référencement local – fiches Google My Business en tête, quand on connaît le degré de localisation des requêtes vocales.

 

Quelles sont les best practices SEO pour le search vocal ?

Trois chantiers vont compter dans la performance de vos pages en search vocal :

I- Un socle technique up to date

En search classique comme en search vocal, votre socle se doit d’être irréprochable. Pensez notamment à passer en https, et à upgrader votre site en HTML5 si ce n’est pas déjà fait.

II- Un site mobile friendly et rapide

Que ce soit via votre mobile ou via votre Google Home, votre assistant n’attendra pas 10 secondes pour sélectionner la bonne réponse. Déjà crucial dans votre ranking depuis le Google Mobile Index, le temps de chargement des pages devient décisif lors d’un search vocal. Mieux encore, nous vous invitons à assurer la montée de version de vos pages mobiles vers Google AMP.

III- Des contenus adaptés… voire judicieux

Un travail préparatoire est nécessaire pour optimiser vos contenus à la recherche vocale, notamment identifier toutes les questions que peuvent se poser vos buyer personae relativement à vos produits/services, puis les réponses à y apporter. Usez pour cela de phrases courtes, de propos factuels ; recourez à des listes de bullet points voire à des tableaux si c’est approprié. Ces aménagements contribueront à vous amener à la position zéro à condition que vous soyez déjà en bonne position sur la première page de Google - les résultats de recherche vocale et les featured snippets étant extrêmement corrélées.

Si une concision voire une crispness s’impose à vos réponses aux questions clés, ne craignez pour autant pas de développer du contenu long : saviez-vous que les pages comptant plus de 1 000 mots avaient plus de chance de figurer en première page de Google ou de Bing ?

Alors :

  • Enrichissez vos pages de paragraphes suffisamment structurés, commençant par une réponse à une question clé du thème que vous développez ;
  • Inscrivez également vos réponses dans une rubrique FAQ, ce qui optimisera au passage le linking interne de votre site ;
  • Enfin, proposez également votre contenu sous un format audio ou podcast, pour vous mettre à niveau de l’état de l’art actuel, et sans aucun doute gagner des points en search vocal.

 

Voir nos offres complémentaires

Vous avez un projet de chantier SEO ? Parlons-en.